lundi 10 septembre 2012

Autisme : Une paternité tardive serait en cause

 ~ Commenter
Des études épidémiologiques avaient déjà fait état d'un lien statistique entre l'âge du père à la conception et l'augmentation du nombre de cas d'autisme, tandis que d'autres avaient lié ces maladies à certaines mutations génétiques.

Mais une nouvelle étude islandaise apporte un nouvel éclairage : "Elle rapproche tous les faits connus jusqu'à présent et les mesure de façon fiable", relève Stanislas Lyonnet, professeur de génétique à l'université Paris-Descartes et chercheur à l'Institut des maladies génétiques Imagine. Pour résumer, explique Kari Steffansson, l'un des auteurs de l'étude, "un père âgé de 40 ans transmet deux fois plus de mutations à son enfant qu'un père âgé de 20 ans", ce qui peut être "une bonne chose" pour la "diversité" mais pas lorsqu'il s'agit de mutations entraînant des maladies génétiques. Ainsi, pour chaque année supplémentaire du père à la naissance, environ deux mutations spontanées de plus sont observées chez l'enfant, selon Kari Stefansson.

L'étude a été réalisée sur le génome complet de soixante-dix-huit enfants atteints de troubles autistiques ou de schizophrénie et de leurs deux parents. Interrogé, Kari Stefansson a estimé qu'une "part substantielle" des nouveaux cas d'autisme diagnostiqués ces dernières années pouvait être liée à l'âge des pères à la conception qui, après avoir baissé jusque dans les années 70, a recommencé à augmenter depuis.

Mais que les futurs papas se rassurent, avoir un enfant tardivement ne signifie pas nécessairement que son enfant aura des troubles psychiatriques. Les futurs pères doivent en revanche faire très attention au tabac !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire