samedi 23 juin 2012

Le virus Flame créé par les Etats-Unis et Israël ?

 ~ Commenter



Les premiers soupçons d’un travail de très grande envergure sont levés et une hypothèse voit le jour : qu’un État pourrait être impliqué directement dans le financement de cette cyber-arme. Le code malveillant existait depuis au moins deux ans, mais il n'avait été identifié qu'à la fin de mai par le fabricant russe d'antivirus Kaspersky Lab, qui avait noté que la sophistication de ce virus utilisé à des fins de "cyberespionnage" était telle qu'elle supposait le concours d'un Etat. La National Security Agency (NSA), chargée de l'espionnage informatique, et la Central Intelligence Agency (CIA) américaines ont travaillé avec l'armée israélienne pour mettre au point ce programme informatique destiné à se répandre dans les réseaux informatiques iraniens, à y copier des fichiers, à y faire des captures d'écran et à renvoyer ces informations discrètement, selon le quotidien américain.


On se rappellera donc des propos de Patrick Pailloux, directeur général de l’ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information) en février 2011 : "Nos observations montrent que la menace croit, menace que nous classons en espionnage, perturbation et destruction".

Flame a été détecté dans différentes régions du monde, notamment le Moyen-Orient, l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie-Pacifique, l'Iran étant le premier pays visé. S’il est possible d’en retrouver la trace dans des centrales nucléaires, c’est toute la sécurité informatique qui devrait prendre un nouveau visage. Pour le commun des utilisateurs, la société de sécurité ESET considère que Flame n'est pas vraiment menaçant ( d'autant qu'il est désormais stoppé ), "à moins d'être un fonctionnaire d'un gouvernement du Proche-Orient ou de travailler dans le domaine de la recherche militaire pour ces mêmes gouvernements".

Or si des virus comme Stuxnet ou Flame peuvent désormais être contrés, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’autres outils en jeu ou fonctionnant de manière effective.

0 commentaires:

Publier un commentaire