mercredi 6 juin 2012

Breivik : L'extrême-droite à la rescousse

 ~ Commenter

"Intelligent", "gentil", "vaniteux" : Breivik vu par ses amis d'enfance. Au 26e jour du procès d'Anders Behring Breivik, les amis d'enfance du tueur de masse ont décrit mardi un individu intelligent, tolérant et sociable mais aussi très soucieux de son apparence.

Breivik a préparé le massacre en jouant à World of Warcraft. Au quatrième jour de son procès pour le massacre de 77 personnes l'an dernier en Norvège, Anders Behring Breivik a expliqué jeudi s'être préparé à l'attentat qu'il voulait commettre dès 2006, en consacrant une année entière à des jeux vidéo.

Autorisé à s'exprimer mardi, au deuxième jour de son procès, le responsable du massacre de l'île d'Utoeya a tenté de justifier son geste au cours d'une longue diatribe contre le multiculturalisme et décrivant un "peuple norvégien" condamné à "devenir une minorité" en Norvège.
Un extrémiste sans remords, sans émotion pour ses victimes, brandissant le prétexte des "droits de l'Homme" et se disant inspiré par Al Qaïda lorsqu'il a perpétré son massacre : tel est apparu mardi Anders Behring Breivik.

Depuis lundi, la Norvège vit à l'heure du procès de l'extrémiste : impossible de louper les débats, diffusés en direct à la télévision et relayés sur Internet.

La 31e journée du procès Breivik, mardi 5 juin, a fait la part belle aux idées radicales, la défense tentant de démontrer que les attaques sanglantes du 22 juillet 2011 sont le fruit de convictions idéologiques partagées par un courant, même ultra-minoritaire, et non pas la conséquence des délires d'un malade mental.

Un des cinq juges chargés de juger Anders Behring Brevik, un des pires tueurs de masse de l'Histoire, a été surpris lundi par les caméras de télévision en train de jouer au solitaire sur son ordinateur au beau milieu de la procédure Mais l'avocat de Breivik, Geir Lippestad, a expliqué que ces témoignages étaient nécessaires pour démontrer que son client est sain d'esprit.

La ligne de défense de Breivik est claire: pour appuyer l'idéologie derrière ses actes, il ne doit pas être reconnu psychotique, comme le laissait entendre une première évaluation psychiatrique officielle, contredite par la suite.

Avant lui, Arne Tumyr, chef de l'organisation Stop à l'islamisation de la Norvège (SIAN), a lancé une virulente tirade contre l'islam -"une religion de violences, une religion de guerres"-et le prophète Mahomet qualifié de "délinquant sexuel, pilleur de caravanes, assassin, criminel de guerre".
Dans les milieux d'extrême droite, "il y a des personnes qui soutiennent à la fois les attaques et le manifeste" idéologique sur lequel le tueur voulait attirer l'attention en perpétrant le massacre, a toutefois précisé Ronny Alte, l'ex-chef de la Norwegian Defense League.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire